Ânes et Mulets des Pyrénées

ANE DES PYRENEES

Origine / zone d’élevage : 

SFET APY2L’âne des Pyrénées était le compagnon de travail des petits propriétaires terriens : si la surface était réduite, et la terre trop pauvre, on ne pouvait entretenir qu’un animal dont la frugalité se satisfaisait de rudes conditions. L’âne était alors capable de rendre de grands services !

Il était affecté à toutes sortes de transports et travaux agricoles, attelé ou bâté : livraison du lait ou du pain, descente du fromage des estives, descente de la glace des névés, descente du foin ou du bois de chauffage.

Ses effectifs étaient florissants au début du XXe siècle.

La Première Guerre Mondiale réduit considérablement la population des campagnes et l’âne amorce un net recul. Victime de la concurrence du moteur à explosion, l’âne connait ensuite une réelle désaffection qui a bien failli le faire disparaître. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, les agriculteurs préfèrent le cambouis des machines agricoles à l’odeur du crottin ! Le creux de la vague est atteint vers les années 90.

Dans les Pyrénées, le relief escarpé freine encore  la mécanisation des travaux agricoles et les souches d’ânes des Pyrénées adaptées au travail ont pu subsister.

Source de toutes les races asines de l’espèce européenne selon Rossel (1921), l’âne des Pyrénées a pour berceau d’origine :

  • le nord-est de l’Espagne (Catalogne) où il est appelé « Catalan » et est toujours sélectionné, en particulier pour sa grande taille, en vue de la production mulassière ;
  • le sud et le sud-ouest de la France où il est parfois nommé « Gascon », sélectionné sous un format plus réduit en vue de son aptitude au portage.

Reconnaissance : 

En 1997.

Nombre de naissances : 

En 2014 : 84 naissances
En 2013 : 88 naissances
En 2012 : 76 naissances
En 2011 : 74 naissances

Standard

Vif, ardent, harmonieux, élégant à l’expression très noble et éveillée.

L’âne « typé Catalan » est assez haut de terre, longiligne, à tendance plate et anguleuse tandis que l’âne « typé Gascon » est de taille plus modeste, « médioligne » avec des formes plus arrondies et harmonieuses.

Taille :

« Typé Gascon » : De 1,20m à 1,30m pour les ânesses.
De 1,20m à 1,35m pour les hongres.
De 1,25m à 1,35m pour les baudets approuvés pour la reproduction en race pure.

« Typé Catalan » : Plus de 1,30m, sans limite supérieure pour les ânesses. Plus de 1,35m, sans limite supérieure pour les hongres et les baudets approuvés pour la reproduction en race pure et pour la production mulassière.

Robe : 

Noir brillant, noir « mal teint », noir pangaré, bai châtain.

Le pourtour des yeux (lunettes), le bout du nez, les aisselles, le ventre, et l’intérieur des membres sont décolorés. La zone tangente entre les deux couleurs est souvent nuancée de roux. Les poils de l’adulte sont ras en été.

Aptitudes & utilisations :

L’âne des Pyrénées, essentiellement dans son type gascon, excelle dans le portage de bât. Il portera facilement 50 kilos et avalera sans difficulté un dénivelé de 1500 m sur une randonnée de 6 à 8 heures. Son pied sûr assorti à son calme et à sa gentillesse en feront le compagnon de randonnée idéal pour le plaisir des petits et des grands. Aujourd’hui, de nombreuses structures professionnelles accueillent randonneurs et touristes, et organisent pour eux des circuits pour partir à la découverte du massif pyrénéen.

L’âne de type catalan, de par sa grande taille, est aussi utilisé à la selle et à l’attelage, disciplines dans lesquelles il mettra en avant son calme et son pied sûr pour de grandes balades. Il s’avèrera un allié idéal pour le ramassage des détritus sur des manifestations au milieu du public, avec un bât poubelle spécialement adapté.

Aujourd’hui, de plus en plus d’éleveurs renouent avec la production traditionnelle de lait d’ânesse des Pyrénées, particulièrement réputé au XIXe siècle. Il est utilisé dans la fabrication de savons et de cosmétiques réputés pour leurs vertus nutritionnelles pour la peau.

Dans cette tendance du bio et du retour à la nature, l’âne trouve aussi sa place dans l’entretient de parcelles éloignées et peut accessibles avec des engins mécaniques, c’est l’éco-pâturage.

LA MULE

On trouve sa trace au temps des Romains qui l’utilisaient comme bête de charge dans leur Empire, particulièrement en Espagne et en Gaule. Au XIIIe siècle, le mulet est le produit d’une industrie florissante dans le Midi de la France.

L’utilisation du mulet dans les armées s’est progressivement amenuisée du fait de la mécanisation à partir de 1914. Jusqu’en 1950, la France a pu assurer la pérennité de sa production grâce à de grosses exportations dans de nombreux pays à climat chaud.

Issu du croisement (hybridation) entre l’âne et la jument, il appartient à la famille des équidés, comme le cheval et le poney. Le produit mâle, appelé mulet, est stérile. La femelle, appelée mule, n’est qu’exceptionnellement féconde.

Il est élevé sur le plateau de Lannemezan et en zone montagneuse. La qualité de son élevage est due à la particularité de son terroir et au savoir-faire séculaire des Pyrénéens, qui ont su allier la tradition à l’évolution des besoins.

© Charlotte Bart

Modèle :

D’un modèle harmonieux, le mulet des Pyrénées présente préférentiellement les robes noires, noires pangaré, bai ou gris.

Sa taille se situe entre 1,50 et 1,60 m à l’âge adulte pour une fourchette de poids de 400 à 600kg.
Sont exclues les robes isabelles, souris et pies.

Aptitudes & utilisations : 

Cet hybride vigoureux allie la sobriété de son père : l’âne (ou baudet) des Pyrénées, et la force de sa mère (jument bretonne, percheronne, anglo-arabe, mérens ou castillonaise). Selon la jument choisie, le format et l’utilisation des mulets sont variés.  Les petites mules  plutôt de mères mérens ou castillonnaises, sont utilisées pour le bât ou la selle. Les mules plus grandes, de mères bretonnes ou percheronnes, sont idéales pour les travaux agricoles (débardage, travail dans la vigne…), la traction et l’attelage. Les mules de mères anglo-arabes sont très réputées quant à elles pour la selle et l’endurance.

Animal de caractère, demandant du travail, docile d’emploi, d’un calme absolu dans les conditions délicates, il s’adapte, grâce à sa résistance et à sa robustesse, à toutes les situations, toutes les conditions climatiques et aux terrains les plus variés.
Son adresse légendaire lui a donné le pied sûr, son tempérament généreux le rend agréable à utiliser.

Sources : IFCE, Association nationale de race, France Anes et Mulets.

En savoir plus sur : Ânes et Mulets des Pyrénées

APY membre SFETAssociation nationale de race : 

Anes & Mulets des Pyrénées

SALVIAC Nicolas La ferme d’Oulan Bât

Route de Planque 31160 ARBAS

Site web http://www.anespyrenees.fr/

Facebook : Anes mulets des Pyrénées