Pottok

Origine / zone d’élevage :

SFET PottokLe pottok est installé depuis des millénaires au Pays Basque.

Provenant, il y a un million d’années, d’Amérique du Nord, passant par le pont naturel réunissant alors l’Alaska et la Sibérie, le cheval proche de celui de Prevalski s’établit d’abord en Asie puis émigre en Europe, alors qu’il disparaît complètement en Amérique.

Il s’installe dans les montagnes du Pays Basque et résiste au climat très perturbé des dernières glaciations de la fin du quaternaire. Les découvertes préhistoriques faites dans les grottes de Sare, d’Oxocelhaya, d’Isturitz, représentent des chevaux d’un type proche du pottok actuel. Naturellement sa morphologie a évolué avec les conditions écologiques et historiques, mais personne ne conteste le fait que le pottok, après tant d’années accroché à nos montagnes, constitue une race primitive locale.

Les Basques eurent la sagesse de ne pas décimer les troupeaux de petits chevaux, comme cela se passa dans beaucoup d’autres régions ; au contraire ils l’exploitèrent avec d’autant plus de facilité que le pottok ne demandait aucun soin particulier : il suffisait de venir chercher dans la montagne les produits de l’année, généralement destinés à la boucherie.

Au XIXe siècle, on l’utilisait dans les mines de la région mais aussi dans celles du Nord et de l’Est de la France, car de petite taille, robuste et peu exigeant. Il fait partie de la culture basque et fût très utilisé dans la contrebande entre France et Espagne. Il fit rêver beaucoup d’enfants, lorsqu’il paradait dans les cirques avec sa belle robe pie. Aujourd’hui, chaque pottok a son propriétaire et il est de tradition chez les éleveurs de donner au petit enfant une pouliche, qui procurera par la suite un petit pécule.

Ils vivent librement en horde d’une vingtaine de juments accompagnées de leur bel étalon sur les versants des massifs de la Rhune, de l’Artzamendi, du Baïgura et de l’Ursuya où ils participent à l’entretien de la montagne. D’autres sont élevés en prairie, destinés aux activités sportives et de loisirs.

Le berceau de race du pottok est limité aux cantons des Pyrénées-Atlantiques de Anglet Nord et Sud, Aramits, Bayonne Nord, Ouest et Est, Biarritz Est et Ouest, Bidache, Espelette, Hasparren, Hendaye, Iholdy, La Bastide Clairence, Mauléon, Saint-Étienne-de-Baïgorry, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint-Palais, Saint-Pierre-d’Irube, Tardets, Ustaritz.

Reconnaissance :

La race poney pottok a été reconnue en 1972.

Nombre de naissances :

En 2014 : 396 naissances
En 2013 : 365 naissances
En 2012 : 433 naissances
En 2011 : 448 naissances
En 2010 : 351 naissances

Standard :

© ANR pottok

Le stud-book comprend 2 livres : le livre A pour les animaux de race pure et le livre B pour les animaux issus de croisement.

Sont considérés comme pottok de montagne, les pottok du livre A vivant en libre parcours dans les massifs montagneux de la Rhune, Baigura, Ursuya, Artza Mendi, neuf mois minimum par an au sein d’un troupeau comportant juments, pouliches et étalon. L’autre type de pottok est le pottok de prairie.

Taille :

Pottok de montagne : de 1,15 à 1,32m.

Pottok de prairie : de 1,15 à 1,47m.

Robe :

De robe baie, noire et alezane ainsi que toutes les variétés de pie composées d’une ou plusieurs des robes citées précédemment.

Aptitudes :

Poney très rustique, originaire des montagnes du Pays Basque, docile et généreux, apte aux disciplines équestres ou à l’élevage en libre parcours.

Utilisations :

Sociable par nature, le pottok aime la compagnie de l’homme, il est apprécié dans les promenades équestres, les randonnées en particulier en montagne pour son pas sûr et sa grande résistance.

Il est recommandé pour les loisirs équestres et s’est d’ailleurs souvent distingué en concours complet d’équitation, dressage et à l’attelage en remportant plusieurs titres de champion de France.

Ses qualités de poney d’instruction, attentif et docile, rustique et endurant, font apprécier chaque jour davantage ce petit cheval.

Le pottok est aussi un excellent régulateur écologique des paysages de montagne et des régions boisées. Sa rusticité lui permet de rester en troupeau d‘une dizaine de juments et d’un étalon avec peu d’interventions de l’homme.

Pottok, le petit cheval du Pays basque from Equidés & Télé on Vimeo.

Sources : IFCE, Association nationale de Race, Fédération des Chevaux de Territoire.

En savoir plus sur : Pottok

Association nationale de race :

Association Nationale du Pottok

« Maison Piarrestea »

64640 Hélette

Tel. 06 03 29 13 11

Site web http://anr-terr-pottok.web-anr.net