Lait d’ânesse et de jument

Qu’est-ce que c’est ?

Le lait de jument est le lait que produit la jument pour nourrir son poulain durant les six premiers mois suivant la naissance.

Le lait d’ânesse est le lait que produit l’ânesse pour nourrir son ânon durant les six premiers mois suivant la naissance.

Un peu d’histoire

©

©

Le lait de jument, comme le lait d’ânesse, sont utilisés depuis des millénaires, tant pour leurs avantages nutritionnels que pour leurs qualités cosmétiques.

Au fil de l’histoire, plusieurs personnages célèbres ont vanté les mérites de ces laits. Cléopâtre, entre autres, se prélassait dans des bains de ce lait précieux. Aristote, Hippocrate et d’autres diététiciens et médecins antiques le recommandaient pour soigner empoisonnements et blessures de guerre…

La longévité et la vigueur du peuple mongol, gros consommateur de lait de jument, a conduit les représentants de la médecine russe à l’utiliser dans un but thérapeutique.

Au XIXe siècle, on faisait appel au lait de jument comme lait de substitution au lait maternel. Très digeste, il soignait aussi les adultes qui souffraient de cirrhoses, d’ulcères de l’estomac, de gastralgies, d’entéralgies chroniques, de constipation, d’affections diverses de la vésicule biliaire et du pancréas.

Dans le prolongement de cette pratique, les laits d’ânesse et de jument étaient encore donnés aux nouveau-nés de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul (Paris) et dans des maternités (Libourne, Le Mans…) jusqu¹au milieu des années mille neuf cent cinquante.

C’est également à cette époque, que des médecins allemands et finlandais ont mis en évidence la similitude du lait de jument avec celui de la femme, justifiant ainsi son utilisation comme une substitution au lait maternel, garantissant une assimilation plus facile que celle des autres laits.

Le lait de jument dans l’alimentation

La composition du lait de jument est proche de celle du lait de femme. Monogastriques toutes les deux, leur appareil digestif est beaucoup moins développé que celui des ruminants (bovins, caprins, ovins…) qui, eux, ont une double digestion qui conduit à l’oxydation des acides gras polyinsaturés et de la vitamine D. Chez la jument, la digestion restitue les acides gras non saturés et les vitamines du fourrage et de l’herbe qui en sont riches.

Le lait de jument est une source naturelle de calcium. Il en contient 2 à 3 fois plus que le lait maternel.

 La composition du lait de jument ressemble étonnement au lait maternel. Il est riche en vitamines essentielles (A, D, E, C, K, B6, B12, B1-2-3-5), oligoéléments (fer, zinc, cuivre, manganèse) et minéraux (calcium, phosphore, sodium, magnésium). Il contient moins de matière grasse que le lait de vache et le lait humain.

De plus, du fait qu’il soit pauvre en caséine (protéine), il est particulièrement bien toléré par les personnes souffrant d’allergie aux protéines du lait de vache.

Le lait de jument est naturellement très riche en vitamine C antioxydante. La vitamine C contribue au fonctionnement du système immunitaire et joue un rôle dans l’absorption du fer.

Il contient également une enzyme jouant un rôle d’agent antimicrobien : le lysozyme.

© JL - Dugast - Traite jument Trait du Nord - Chevalait

© JL – Dugast – Traite jument Trait du Nord – Chevalait

Avantages et propriétés des composants du lait de jument sur la santé

Le lait de jument peut avoir un rôle important dans le système immunitaire en raison de certains de ses principaux composants.

C’est à sa teneur élevée en fer, associée à la présence d’une protéine, la lactoferrine, ou lactotransferrine, qui possède la capacité de fixer cet oligoélément et de le transporter à travers la circulation sanguine (Franco-Rodriguez et al. 2008), que le lait de jument doit ses vertus préventives sur l’anémie.

A défaut d’études cliniques sur les qualités du lait de jument, qui restent à mettre en œuvre, de nombreuses observations tendent à démontrer qu’il peut être une aide importante pour améliorer la récupération après les traitements de chimiothérapie dont il semble réduire les effets secondaires.

Pour les maladies digestives, le lait de jument peut aider à améliorer certains problèmes digestifs en agissant comme un probiotique. De plus, il semblerait que les effets anti inflammatoires du lait de jument peuvent réduire l’inflammation intestinale causée par la maladie de Crohn.

Grâce à la grande quantité de vitamines, minéraux, acides gras (oméga 3 et oméga 6) et acides aminés qu’il contient, il a été constaté que le lait de jument pouvait aider les gens souffrant de dépression ou de différents problèmes tels que le stress et l’anxiété (Csapó et al. 1995 Malacarne et al. 2002, Haddad et al. 2011).

Le lait de jument joue un rôle important pour faciliter l’absorption de certains des composants dont l’organisme a besoin, tels que le calcium, mieux assimilé, car fourni conjointement à la vitamine D, le lactose et les œstrogènes. Ainsi, pour un régime répondant aux exigences de l’organisme en calcium, entre autres nutriments, le lait de jument peut intervenir pour prévenir des maladies comme l’hypertension. (Hernandez et al. 1999).

Le lait de jument en cosmétique

Grâce à la présence de lactoferrine, le lait de jument aurait des propriétés hydratantes, mais également régénérantes, permettant ainsi de ralentir le vieillissement de la peau .

Le lait de jument serait également bénéfique pour les peaux acnéiques du fait de ses composantes antibactériennes ; il permettrait en outre de soigner en partie des affections cutanées plus importantes comme l’eczéma et le psoriasis, grâce à ses vertus cicatrisantes.

Le lait d’ânesse dans l’alimentation

Le lait d’ânesse était utilisé au XIXe siècle et jusqu’au début du XXe siècle comme substitut du lait maternel. Le lait d’ânesse est encore régulièrement recommandé comme alternative au lait de vache pour les enfants présentant une allergie aux protéines du lait de vache.

Dès l’Antiquité, Hippocrate prescrivait le lait d’ânesse pour diverses utilisations médicinales.

Tout comme le lait de jument, le lait d’ânesse est très proche du lait maternel, il est très digeste car il ne contient pas de caséine coagulable et peu de matière grasse. Le lait d’ânesse apporte des vitamines (A, B1, B2, B6, D, C, E), des minéraux et oligoéléments (calcium, magnésium, phosphore, sodium, fer, zinc…), des bio stimulines (immunoglobulines) et des alkyl glycérols intervenant dans la réponse immunitaire.

Avantages et propriétés des composants du lait d’ânesse sur la santé

Il convient aux bébés qui présentent une allergie sévère à la protéine de lait de vache et aux bébés souffrant de troubles digestifs.

Il renforce les défenses naturelles et permet de lutter contre le stress. Ses ferments régénèrent la flore intestinale. Il améliore le transit intestinal et favorise la détoxification du foie.

Lait d’ânesse et maladie de Crohn

DSC_0071

© ANR ânes et mulets des Pyrénées

Testé sur la souris, le lait d’ânesse, riche en lysozyme, exerce des propriétés anti-inflammatoires en palliant le déficit endogène en peptides antimicrobiens observés lors d’une iléite et en réduisant le disfonctionnement du microbiote intestinal. Cette étude permet de proposer le lait d’ânesse dans le cadre d’une stratégie thérapeutique d’appoint visant à maintenir/prolonger les périodes de rémission de la maladie de Crohn (Yvon et al 2014.)

Le lait d’ânesse en cosmétique

Pline l’Ancien, dans son Histoire naturelle, préconisait le lait d’ânesse pour toutes sortes de maux, et notamment pour fortifier les convalescents, ainsi que pour les soins de la peau, pour lutter contre les rides et éclaircir le teint.

Aujourd’hui encore, le lait d’ânesse est très souvent utilisé en cosmétique, et cela notamment du fait de sa composition en acides gras, en vitamines A, B1, B2, B6, D, C, et E.

Riche en nutriments et actifs naturels, le lait d’ânesse est connu pour ses propriétés hydratantes, nutritives, apaisantes, raffermissantes, et régénérantes sur la peau. Il est particulièrement recommandé pour le soin de problèmes tels que l’eczéma ou le psoriasis, ainsi que pour les peaux sèches, sensibles, réactives ou matures.

Quelques chiffres

15 producteurs de lait de jument ont été recensés dans toute la France, en 2006 (rapport lait de jument).

 59 producteurs de lait d’ânesse ont été recensés dans toute la France, en 2014 (Guillaume, 2014).

Composition du lait (g/100 g) chez l’ânesse, la jument, la femme et la vache (Guo et al., 2007)

Anesse Jument Femme Vache
Matière sèche 8.8-11.7 9.3-11.8 11.7-12.9 12.5-13
Lactose 5.8-7.4 5.8-7 6.3-7 4.4-4.9
MG 0.3-1.8 0.5-2 3.5-4 3.5-3.9
MP 1.5-1.8 1.5-2.8 0.9-1.7 3.1-3.8
Cendres 0.3-0.5 0.3-0.5 0.2-0.3 0.7-0.8

La jument produit entre 10 à 20 litres de lait par jour selon les races.

Les équidés possèdent seulement 2 mamelles.

En savoir plus sur : Lait d’ânesse et de jument

http://www.lejardindabricotine.fr/content/18-lait-de-jumenthttp://www.consoglobe.com/le-lait-de-jument-un-atout-sante-mal-connu-cghttp://www.psoriasis.zone/traitement/naturel/lait-jument/http://www.chevalait.com/content/7-la-fermehttp://www.franceanes.fr/page/60/les-editions-inam#.VmVJFtYVdP4